La Juventus Turin bat l'AC Milan et peut être sacrée championne ce dimanche

Posté le 06-04-2019, Source : lequipe.fr

Après son succès sur l'AC Milan (2-1), ce samedi, la Juventus Turin sera sacrée ce dimanche en cas de défaite de Naples contre le Genoa.

Le match : 2-1
À quatre jours de son quart de finale aller de Ligue des champions, mercredi chez l'Ajax Amsterdam. Massimiliano Allegri, l'entraîneur de la Juventus Turin, avait aligné une équipe de départ très renouvelée. En plus de Cristiano Ronaldo, préservé, Blaise Matuidi, Giorgio Chiellini ou Miralem Pjanic avaient commencé la rencontre sur le banc. Cela s'est vu : la Juventus a longtemps peiné et sa première période a été plutôt ratée. Elle était logiquement menée à la pause après un but de Krzysztof Piatek (son 10e en 13 matches avec l'AC Milan) bien amené par Tiémoué Bakayoko, En seconde période, la Juventus a tremblé à quelques reprises (frappes de Borini et Calhanoglu sur le petit filet extérieur) mais a retrouvé de l'emprise au fil des changements, notamment avec l'entrée de Pjanic (61e), dans la foulée du penalty égalisateur signé Paulo Dybala. Elle a beaucoup poussé pour obtenir ensuite un succès de prestige: si Naples perd ce dimanche contre le Genoa, la Juventus Turin sera mathématiquement sacrée dès ce week-end.

Le fait : le VAR favorable à la Juve
L'arbitre de la rencontre, M. Fabbri, a arrêté la rencontre près de trois minutes, à la 33e minute, pour savoir sir la main d'Alex Sandro, sur un centre du Milanais Calhanoglu, devait être sanctionnée d'un penalty. Il a finalement décidé de ne pas sévir, alors que les arbitres italiens ont plutôt tendance à donner penalty pour toute main dans la surface. à la 59e, en revanche, il a bien sifflé penalty après le contact entre Mateo Musacchio et Paulo Dybala. L'Argentin l'a transformé et a égalisé (60e).

L'homme : Moise Kean
La semaine avait été polluée par les insultes racistes dont il avait été victime, mardi à Cagliari. Hier, le jeune attaquant italien a débuté sur le banc mais il a réussi son entrée, en croisant parfaitement la frappe qui a donné la victoire à la Juventus Turin: son cinquième but en sept matches avec la Juventus cette saison. Et le premier à se jeter dans ses bras a évidemment été Leonardo Bonucci, dont les commentaire ambigus après les incidents de Cagliari avaient attisé la polémique. Entré à la 66e minute à la place de Paulo Dybala, le grand espoir italien (19 ans) restera peut-être comme celui qui a donné à la Juventus son 35e titre de champion d'Italie.

Vous aimez cet article ? Partagez :