Après une minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat, le club, porté par Pogba, a remporté la première Ligue Europa de son histoire.

Face à la tristesse et l’effroi, Manchester United n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom : le club mancunien, uni comme jamais avec ses fans et une ville meurtrie par un attentat-suicide, a remporté la finale de l’Europa League contre l’Ajax Amsterdam (2-0), mercredi 24 mai, avec le sentiment du devoir accompli. La fête n’aura jamais la même saveur qu’un succès ordinaire, après l’attentat perpétré à la Manchester Arena à la sortie d’un concert de la pop-star américaine Ariana Grande, qui a fait au moins 22 morts et 59 blessés, dont de nombreux enfants lundi. Mais 48 heures après le drame, le cinquième triomphe européen de l’un de ses clubs-phare permet aux habitants de la ville du nord de l’Angleterre de regoûter un peu au bonheur disparu des soirées réussies, depuis l’attaque de cette salle de spectacle.

Emotion

A la Friends Arena de Solna (banlieue de Stockholm), l’émotion du « peuple de Manchester » venu en masse – environ 20 000 supporters, sans compter les milliers restés dans la « fan-zone » du centre-ville de la capitale suédoise – était encore palpable avant le début du match. Mais après la minute de silence en hommage aux victimes de l’attentat, qui a précédé le coup d’envoi de la finale, les fans des Red Devils et de l’Ajax ont décidé de faire dans la foulée une minute d’applaudissements pour remettre la vie au centre de la soirée.

Dans la tribune de ManU, plusieurs fanions des différents groupes de supporters des Red Devils ont porté ce message avec les inscriptions « We’ll never die » (« Jamais nous ne mourrons ») ou encore « MUFC, Meaning of life » (« MUFC, le sens de la vie »).